Menu
ACCUEIL
  • CARROUSEL CAMPAGNE ESTIVAL fille 1920x309
  • CARROUSEL CAMPAGNE ESTIVAL MONTAGNE 1920x309
  • CARROUSEL CAMPAGNE ESTIVAL PECHEUR 1920x309
  • entete iles
  • entete kite surf
  • entete gars chien
  • entete fille cheval
  • entete fille enfant
  • entete famille
  • entete ski

Vivre dans un milieu dynamique, à un rythme différent

jeudi, 23 février 2017.

2017 02 23 lauriejulienAvant de vous établir ici, qu’avez-vous fait?
Laurie : J’ai quitté la Gaspésie pour les études quand j’avais 17 ans. J’ai étudié à Québec et j’ai vécu à Banff et Kelowna, Montréal, Paris et maintenant Maria.

Julien : J’ai obtenu en France l’équivalent d’une maîtrise en droit avec une spécialisation dans les métiers des arts et de la culture. Après mon stage de fin d’études à Montréal en 2009, j’ai été pendant 5 ans coordonnateur culturel d’une salle de spectacles près de Paris. Je suis arrivé à Montréal en septembre 2014 avec une résidence permanente, puis Laurie et moi avons déménagé en Gaspésie un an plus tard.

Qu'est-ce qui vous a attirés dans la région?
Laurie : Je m’étais toujours dis que j’allais revenir vivre dans la région un jour, mais honnêtement, je ne pensais pas que ce serait aussi rapide! Julien et moi avons vécu 4 ans en France et à notre retour au Québec, il y a deux ans et demi, nous nous sommes installés à Montréal pour quelques temps. Retrouver la famille et les perspectives d’emplois nous ont amenés à faire le saut en Gaspésie.

Julien : entre de nombreuses autres choses : la mer, la montagne, les grands espaces, le tempérament des gaspésiens, et plus spécifiquement des habitants de la Baie, et, je dois l’avouer, une perspective d’emploi.

Comment s’est passée votre arrivée dans la région?
Laurie : Très bien puisque que savais à quoi m’attendre. Je vivais en ville depuis 14 ans, donc je dois avouer que les premiers jours ça m’a fait un peu bizarre d’arriver en novembre où il fait noir tôt et tout est au ralenti, mais l’adaptation n’a vraiment duré que quelques jours! J’ai surtout retrouvé ma famille et quelques bons amis, et après avoir été loin pendant pas mal d’années, ça fait du bien.

Julien : Mon adaptation s’est vraiment bien passée. L’accueil a été chaleureux de toutes parts. Le choc culturel pas si intense que cela, je vivais à Montréal avant et j’étais déjà venu quelques fois en vacances ici. Les différences avec mon lieu de vie précédent étaient exactement le genre de chose que je cherchais : des relations plus humaines, un cadre de vie plus sain, une intégration plus douce et la possibilité de développer un sentiment d’appartenance. Après, c’est certain que certains aspects de mon pays d’origine me manque encore beaucoup parfois, mais j’ai l’impression que ce que j’ai trouvé ici me manquerait tout autant si je devais retourner en France.

De quelle aide avez-vous bénéficié pour faciliter votre arrivée en Gaspésie?

Nous avons rencontré les gens du Carrefour jeunesse emploi ainsi que de ceux de Place aux jeunes qui nous ont bien informé sur les ressources disponibles pour trouver du travail.

Quelle est votre occupation et comment vous permet-elle de vous réaliser dans la région?
Laurie : Je suis designer graphique chez Solution Infomédia à Bonaventure. Quelques années après avoir terminé mon BAC en design graphique, j’ai fais des études pour développer mes compétences dans le domaine du Web lors de mon séjour à Paris. Ce travail me permet donc de combiner à la fois l’aspect technique et l’aspect créatif de mon métier. En ville, c’est plus rare de pouvoir combiner les deux, et je me sens extrêmement chanceuse d’avoir pu trouver un poste qui me permet d’être polyvalente et de développer de nouvelles compétences, en plus de retrouver le côté humain et convivial des relations de travail. La vue de mon bureau donne directement sur la mer, c’est dur à battre!

Julien : Je suis directeur qualité chez Le Groupe FabDelta inc. Bien que particulièrement éloigné de mon domaine d’expertise initial, mon emploi me permet de mettre en pratique beaucoup de compétences acquises au cours de mes études et de mes précédentes expériences professionnelles. Il me permet également de découvrir un tout nouveau domaine. Pour moi, le principal point commun entre la culture et l’éolien, c’est d’avoir le sentiment de participer à quelque chose de véritablement utile. Et puis cela a vraiment été une très agréable surprise de me voir confier autant de responsabilités, alors que je n’avais jusque là pas véritablement d’expérience dans ce domaine en particulier.

Comment vous rendez-vous au travail?
Laurie : Je fais 35 minutes de voitures pour me rendre à Bonaventure. Pas de trafic, le panorama est différent chaque jour en fonction de la lumière et la route est vraiment belle. Il m’arrive très souvent sur le trajet de me dire à quel point je suis chanceuse de vivre dans un endroit aussi magnifique.

Julien : En voiture. Je n’ai pas encore réussi à déterminer si je préférais rouler au milieu des paysages blancs hivernaux ou avec le soleil au-dessus de la mer en été. Entre les deux, mon cœur balance.

Pourquoi diriez-vous que vous avez une vie bien remplie dans la région?
Laurie : Étrangement, je suis beaucoup plus occupée que lorsque que j’étais à Montréal. Il y a une tonne de choses à faire, on n’arrête pas beaucoup. Je fais du yoga, du taekwondo, du snowboard, du ski de fond et de la raquette. J’essaie de profiter de la nature le plus possible. Je suis aussi membre du comité d’accueil des nouveaux arrivants, je trouve que c’est une belle opportunité de rencontrer de nouvelles personnes et de leur faire découvrir notre coin.

Julien : Planche l’hiver, baignade et paddle l’été, le chalet toute l’année, le taekwondo à Maria, les sorties avec les amis, j’ai effectivement une vie bien remplie.

Pour vous, vivre autrement en Gaspésie et aux Îles, ça signifie quoi?
Laurie : Vivre autrement en Gaspésie c’est profiter de la vie au quotidien près de la nature. C’est aussi de vivre dans un milieu dynamique où il y a plein de choses qui se passent et avoir un emploi qui permet d’être polyvalente et de développer un large champ de compétences.

Julien : Ça signifie profiter de la vie. Vivre sur un rythme différent, pas plus rapide, pas plus lent. Juste différent. Avoir le temps de profiter de soi et des siens, pouvoir éliminer une bonne dose de stress lié à la vie dans les métropoles, profiter et faire profiter du facteur humain. Et puis vivre dans un décor de carte postale, que peut-on espérer de mieux?

Si vous rencontrez une personne qui songe à venir s’établir dans la région, que lui dites-vous?
Laurie : Tente le coup! Le pire qu’il puisse arriver, c’est que tu repartes si ça ne fonctionne pas. Je pense qu’il faut aussi se laisser un temps d’adaptation, ce n’est jamais facile de changer de vie. Il y a des opportunités d’emploi en Gaspésie qu’il n’y a pas ailleurs, alors quelqu’un qui arrive avec un esprit d’ouverture aura de bonnes chances de trouver un emploi intéressant! Et finalement, pouvoir aller se baigner à la mer, à la rivière ou bien faire un tour de ski de fond à la lampe frontale après une journée de travail, ça n’a pas de prix ☺

Julien : Fonce, n’hésite pas une seule seconde. C’est certain que si ta plus grande passion est d’écumer les centres d’achats toute la fin de semaine, cela te prendra un petit temps d’adaptation, mais tu te rendras très rapidement compte que ce que tu trouveras ici n’a pas de prix.

b emplois
b stage
b aide finance
b infolettre
b twitter bas
b facebook bas
b youtube bas
b instagram bas
b google bas
b linkind bas
b blogue
b vivez region

Stratégie d'établissement de la Gaspésie et des Îles-de-la-Madeleine 2017 | Crédits